Le sort de la Nouvelle-France s’est joué sur les plaines d’Abraham à Québec le 13 septembre 1759. Cette célèbre bataille a opposé les troupes françaises et anglaises, menées respectivement par les généraux Louis-Joseph de Montcalm et James Wolfe. Ce qui est moins connu, c’est que la bataille s’est insérée dans un large conflit mondial. Revenons sur cet épisode marquant de la guerre de la Conquête.

Pourquoi la bataille des plaines d’Abraham a eu lieu?

Au milieu du 18e siècle, la France et la Grande-Bretagne rivalisent pour la suprématie commerciale en Europe. Cette rivalité se traduit notamment par des points de tension en Amérique du Nord, qui déclenchent officiellement les hostilités entre les deux pays en 1756. On se bat alors en Amérique, en Europe et en Asie; c’est véritablement un conflit mondial.

Pourquoi à Québec?

En plus d’être la capitale de la Nouvelle-France, l’empire colonial français en Amérique du Nord et le siège du seul diocèse catholique au nord du Mexique, Québec est un lieu stratégique permettant de contrôler l’accès à la colonie. Les Britanniques planifient une invasion de la vallée du Saint-Laurent, le cœur de la Nouvelle-France, par 3 points d’attaque dont Québec. Résolus à capturer cette dernière, ils expédient pas moins de 30 000 soldats et marins. La monarchie française entend bien défendre la capitale de son empire colonial, mais son engagement dans le conflit continental européen et la suprématie navale britannique limitent sa capacité à soutenir la défense de Québec.

Bataille des plaines d'Abraham

Le déroulement de la bataille des plaines

Arrivés devant Québec en juin, les troupes de Wolfe tentent tout l’été, sans succès, de prendre pied sur la rive nord, bien défendue par les soldats de Montcalm. À défaut de pouvoir prendre la ville, le général britannique entend la détruire grâce à l’artillerie qu’il déploie sur la rive sud.

Devant l’urgence d’agir à l’approche du temps froid, les Britanniques tentent une attaque en amont de Québec, à l’anse au Foulon, le 12 septembre 1759. Déjoués, les Français apprennent avec stupeur le lendemain que plus de 4000 soldats britanniques ont réussi à atteindre le promontoire de Québec, alors nommé « hauteurs d’Abraham » en référence aux terres ayant appartenu à Abraham Martin au 17e siècle.

Qui a gagné la bataille de 1759?

En moins de 30 minutes, les troupes françaises sont défaites et se replient vers Beauport. Les deux généraux, Wolfe et Montcalm, ont tous les deux étés blessés mortellement pendant la bataille. Quelques jours plus tard, Québec capitule. Bien que les combats se déroulent sur toute la largeur du promontoire, au cours de la bataille des plaines d’Abraham, les deux lignes principales de bataille s’affrontent dans un espace aujourd’hui délimité par la rue Turnbull et l'avenue de Bourlamaque.

Les conséquences pour Québec

Le siège laisse Québec dans un état de désolation. Prix de consolation, la ville demeure la capitale de la nouvelle province de Québec. De plus, la fonction militaire du lieu est reconnue par les Britanniques, qui complètent le système défensif amorcé par les Français.

L’implantation d’une communauté anglophone et protestante à Québec influe sur l’évolution de la ville. Cette dernière est intégrée dans un nouvel univers politique, économique et culturel. Ainsi, Québec assistera notamment à l’apparition du parlementarisme et profitera de son intégration au marché britannique dans le cadre d’un florissant commerce du bois au 19e siècle. Plus profondément, Québec subira une durable influence culturelle se traduisant par l’introduction d’une nouvelle langue, d’une nouvelle religion et de nouveaux codes, notamment en matière d’architecture. Notons que la cohabitation des traditions architecturales française et anglaise donnera au cadre bâti de Québec un caractère unique en Amérique.

Les plaines d’Abraham aujourd’hui

Plaines d'Abraham | Crédit :  Audet Photo
Crédit : Audet Photo

De nos jours, les plaines d’Abraham forment un parc urbain englobant une grande portion de l’ancien champ de bataille. Des expositions et des activités d’interprétation offrent aux visiteurs l’opportunité de retracer les moments clés de la bataille du 13 septembre 1759 et ses acteurs. C’est également un lieu dans lequel il est possible de pratiquer des activités sportives ou tout simplement de se détendre à l’ombre d’arbres majestueux ou près de magnifiques jardins.

PUBLICITÉ

Voir aussi